Non classé

Interview. Dr. Sedric Degbo, fondateur de la start-up REMA 

« REMA veut connecter les médecins d’Afrique »

Vous avez créé l’application REMA en 2017. De quoi s’agit-il concrètement ?

Lancée en 2017, REMA (Réseau d’échange entre médecins d’Afrique) est une application mobile de collaboration médicale à distance et de formation médicale continue dédiée aux médecins exerçant en Afrique. Sa principale mission est de connecter les médecins d’Afrique à travers sa plateforme mobile qui leur permet d’échanger et de collaborer en temps réel autour de cas de patients afin de prendre de meilleures décisions médicales et ainsi sauver plus de vies. Tout ceci dans un environnement digital confidentiel, sécurisé et strictement professionnel. Avec REMA, nous fournissons aux médecins un support décisionnel permanent basé sur l’intelligence collective, parce que notre force c’est le réseau. Et justement, REMA représente aujourd’hui une communauté médicale active de plus de 6 000 médecins venant principalement des pays de l’Afrique de l’Ouest.

Quelles sont les différentes fonctionnalités de cette application ?

En termes de fonctionnalités, REMA permet pêle-mêle aux professionnels de santé de publier du contenu, de réagir par rapport aux contenus publiés, de noter les meilleurs commentaires, de mettre en favoris des contenus intéressants pour les consulter ultérieurement, de rechercher, d’interagir et de discuter en privé avec les autres membres de la communauté qui se veut professionnelle et strictement médicale. Nous fournissons toutes fonctionnalités collaboratives gratuitement aux utilisateurs, parce que notre mission et notre impact social en dépendent. Aussi, nous travaillons à enrichir notre proposition de valeur par une offre premium, qui sera disponible pour nos utilisateurs d’ici quelques mois.

Combien de médecins ou spécialistes sont actuellement connectés à cette plateforme ?

REMA revendique aujourd’hui une communauté médicale active de plus de 6 000 médecins venant principalement des pays francophones d’Afrique.

Vous avez remporté plusieurs prix grâce à votre application, notamment les prix Afric’Up 2019 et BreishAfrica 2019. Que représentent ces distinctions pour vous ?

Les différents prix et reconnaissances internationales gagnés par REMA nous ont, d’une part, donné une importante visibilité internationale auprès des acteurs de l’écosystème et, d’autre part, permis de récolter du financement sans équité pour faire avancer notre startup. Ensuite avec les progrès qu’on a réalisés, il y a eu l’entrée au capital d’investisseurs privés, et nous espérons d’ailleurs en attirer d’autres, parce que nous sommes actuellement en pleine levée de fonds justement. Les différents prix et reconnaissances internationales gagnés par REMA, nous ont d’une part donné une importante visibilité internationale auprès des acteurs de l’écosystème, et d’autre part permis de récolter du financement sans équité pour faire avancer notre startup. Ensuite, avec les progrès qu’on a réalisés, il y a eu l’entrée au capital d’investisseurs privés et nous espérons d’ailleurs en attirer d’autres, parce que nous sommes actuellement en pleine levée de fonds justement.

Comment ce réseau participe-t-il à la lutte contre le Covid-19 ?

En cette période de Covid-19, nous avons remarqué que sur REMA, 70% des publications et échanges de la communauté sont liés au coronavirus. Donc, aujourd’hui, les valeurs d’entraide, de solidarité et de collaboration entre professionnels de santé, sur lesquelles nous avons construit la solution, prennent tous leur sens.

Au-delà de la communauté médicale croissante autour de l’application mobile, nous fournissons aux organisations, entreprises et institutions sanitaires une solution sécurisée de marketing médical qui leur permet de cibler et de toucher les médecins d’Afrique en quelques clics à travers la diffusion de campagnes natives et alerte SMS. Il s’agit d’un outil très pertinent pour les gouvernements en période d’épidémie. Ça leur permet, d’une part, de coordonner, informer, former en temps réel et sans contact les professionnels de santé présents sur leur territoire et, d’autre part, de contrôler le circuit de l’information médicale destinée aux professionnels de santé.

En dehors des médecins membres, collaborez-vous avec d’autres associations, entreprises ou organismes publics ou privés dans la gestion de cette pandémie ?

C’est pour aider les gouvernements d’Afrique à mieux faire face à la pandémie Covid-19 avec les meilleurs outils que nous avons pris l’initiative de mettre gratuitement notre système de communication médicale institutionnelle au profit des ministères de Santé du continent. On note un fort intérêt des gouvernements pour notre solution, parce que plusieurs Etats d’Afrique de l’Ouest et du centre en ont déjà fait la demande. Toutes nos équipes sont actuellement mobilisées en interne pour faciliter le déploiement et la prise en main de nos solutions par les ministères de Santé sur tous les territoires où nous sommes demandés.

Existe-t-il des initiatives technologiques ou citoyennes lancées au Bénin pour mieux sensibiliser les populations sur les effets du coronavirus ?

En tant que startup béninoise, le REMA est bien sûr très actif dans l’arsenal technologique de riposte, mis à la disposition de l’Etat pour mieux gérer la crise. Il faut saluer le travail qui est fait par l’ensemble des acteurs de la Task Force Innov Covid-19, notamment l’agence gouvernementale Sème City qui coordonne tous les acteurs de ladite task force, dont REMA fait partie.

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.