AFRICAN JOURNALBANQUES & ASSURANCES

Notation: Perspectives mitigées pour les banques africaines pour 2018

L’agence Moody’s a placé 18 banques africaines sur les 41 notées sous perspective «négative» pour l’année 2018. Elle précise toutefois que la rentabilité actuelle du système bancaire sera maintenue.

D’après l’agence américaine, l’Afrique du Sud et la Tunisie regroupent le plus grand nombre de banques sous perspective «négative», sur les 18 identifiées. La majeure partie des banques aux perspectives stables sont localisées au Nigeria. Vingt d’entre elles sont dans des perspectives stables sur le court terme. Seules trois banques qui opèrent au Maroc sont dans les perspectives positives, précise Moody’s.

Ce rapport de notation indique que la rentabilité actuelle du système bancaire africain sera maintenue en 2018, avec des rendements moyens sur les capitaux propres de 17% et sur les actifs de 2%. Selon Moody’s, cette embellie devrait se traduire par une hausse des revenus des banques soutenue par une amélioration de près de 10% des intérêts qu’elles reçoivent en rémunération de crédits qu’elles accordent à l’économie. Les banques africaines devront aussi profiter d’une hausse des rendements sur les obligations et bons de trésor émis par les gouvernements.

Faire face à plusieurs défis
Selon l’agence, le secteur devrait en outre tirer profit des investissements réalisés, afin d’accroître l’inclusion financière à travers le mobile banking, un système de paiement qui a actuellement le vent en poupe dans plusieurs pays du continent. Toutefois, précise-t-elle, la rentabilité de ces investissements est prévue sur le long terme.
Pour augmenter leur rentabilité, les banques africaines devront faire face à plusieurs défis, car, selon Moody’s, la reprise observée sur les prix des matières premières demeurera, selon les analystes de l’agence de notation, insuffisante pour améliorer le revenu par habitant et la création des emplois supplémentaires.

En outre, la hausse de l’endettement et des déficits fiscaux, ainsi que les réglementations qui ne sont toujours pas en harmonie avec les standards internationaux, notamment pour des banques africaines en expansion dans la région, sont autant de défis qui se dresseront devant elles.

Par Moussa Sène

Comment here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.